Ma première expérience sexuelle avec une femme

Coucou moi c’est Coralie et je vous partage aujourd’hui ma première expérience avec une femme pour toutes celles qui ont peur de franchir le pas. Alors que je pensais être « 100 % hétéro », un soir, son point de vue a complètement changé après avoir eu une expérience sexuelle à côté d’une femme. Cette rencontre l’a marqué et lui à donner envie d’expérience encore plus cette partie de sa sexualité. Voici l’aventure inoubliable de Kate qui fait l’amour avec Sonyah. Elle nous raconte en détail cette sensation unique.

Je ne pensais qu’aux hommes

Quand j’ai rencontré Sonyah pour la première fois, j’étais célibataire. De temps en temps, je voyais des hommes, mais cela ne se résumait qu’à la drague et le sexe. Il n’y a avais rien de sérieux. Cela ne m’empêche pas de faire de nouvelle rencontre et saisir toutes les occasions qui se présentent. Tous les soirs, je sortais en boîte pour flirter avec des hommes. Je profitais de la vie à fond et cela me convenait parfaitement.

Je n’avais jamais eu fantasme de coucher avec une fille. Au fond de moi, je sentais que la jeune lesbienne exerçaint une fascination sur moi. D’ailleurs, cela m’était déjà arrivé de ressentir un trouble en voyant une belle blonde ou une brune. Mais, je n’avais pas encore eu l’occasion de prendre les taureaux par les cornes. J’ignorais complètement comment s’y prendre en face d’une lesbienne sans être maladroite au jour où j’ai l’ai rencontré.

Ma rencontre avec Sonyah

Nous nous sommes connues lors d’une randonnée organisée. À part les soirées arrosées, j’aime aussi faire des sorties en nature pour me ressourcer. J’étais assise près d’elle dans le bus et puis nous avons discuté et fait la balade ensemble. Étrangement, ses yeux se sont se posés sur moi d’une manière dont je n’ai pas la description.

Durant le trajet de retour, elle m’a ouvertement draguée et insistait beaucoup. J’étais surtout curieuse de ce qui allait pouvoir se passer entre nous, si jamais j’acceptais ses avances. Comme envouté, je lui ai automatiquement donné mon numéro au moment où nous nous sommes séparées. C’est là que j’ai pu constater que Sonyah était une lesbienne française. Dans la soirée, elle m’a envoyé un SMS disant qu’elle avait aimé la randonnée et spécialement nos fous rires ensemble. Elle disait aussi qu’elle aimerait me voir encore à l’avenir. Je lui ai répondu que j’étais libre que les week-ends.

Un lien d’amitié fort s’est tissé entre nous

Au fil du temps, nous avons sympathisé en discutant pendant des heures au téléphone ou en envoyant des messages régulièrement. D’ailleurs, j’avais besoin de quelqu’un qui fasse attention à moi, me complimente. Et petit à petit, nous avons tissé des liens incroyablement forts basés sur l’émotion et la compréhension mutuelle, uniquement. Je me sentais mal à l’aise lorsque je ne parlais pas avec elle. Sonyah est devenue ma confidente et ma meilleure amie.

Nous avons construit une histoire d’amitié très forte en participant ensemble à des événements, des activités et plein de loisirs. Ces moments de partage nous ont rapprochées. Au fond de moi, je me sentais désirée par elle. Quelque chose en elle résonnait chez moi. J’ai fini par la revoir deux semaines après notre randonnée. Elle m’a invitée à passer la nuit chez elle. 

Ma nuit passionnelle dans les bras de ma meilleure amie

Je suis arrivée dans une maison très calme, luxueuse. Durant toute la soirée, nous avons parlé et regardé des vidéos lesbiennes. Cela ne me gênait pas, au contraire, j’étais intrigué. Après le dîner, elle a fini par se déclarer et me dire qu’elle m’aimait dès qu’elle avait posé ses yeux sur moi. Et je n’ai pas eu l’ombre d’une hésitation. Après tout, j’étais célibataire et Sonyah était drôle, vivante et surtout très jolie. Je n’éprouvais pas encore de désir pour elle, mais j’étais incapable de résister au sien, à l’envie d’être touchée, aimée. Alors, je me suis laissée emporter par cette vague intense. Elle m’a conduit dans sa chambre. Bizarrement, lorsqu’elle a pris la main, j’ai sursauté légèrement comme si un courant électrique a traversé mon corps.

Après avoir fermé la porte derrière nous, elle se tient face à moi. Elle a pris les choses en mains en s’approchant de moi. J’ai senti son souffle chaud sur mon cou puis ses lèvres goûtent ma nuque. Des sensations étranges commencent à jaillir dans mon bas-ventre. Après avoir dévoré mon cou, elle vient sur ma joue, me saisit le menton pour tourner mon visage vers elle, puis sa bouche se pose sauvagement sur la mienne. J’ouvre mes lèvres instinctivement et nos langues se mélangent.Je me relaxe au fur et à mesure que je lui dévore la bouche. Je commence à être chaude, humide et en parfaite ébullition. Je lui suce lentement la langue et embrasse le menton puis reviens sur sa bouche. C’est un vrai délice.

Je sens alors sa main se glisser entre mes cuisses et l’autre saisir fermement mon sein droit. Je la laisse faire, je ne peux plus résister. Je suis trempée et je veux que ça s’accélère. Je veux qu’elle me pénètre en écartant instinctivement les jambes, lui offrant mon intimité sans aucune retenue. Ses doigts se retrouvent enfin plantés en moi, me baisant profondément dans un mouvement de va-et-vient. Que c’est bon ! Et elle s’y prend bien en plus, bien mieux que les hommes que j’ai rencontrés.

Au début, j’ai eu quelques retenues, mais au fur et à mesure je me lâche complètement et décide de profiter de cette expérience lesbienne à fond. Pour l’aider un peu et lui montrer que j’adore ce qu’elle fait, je couine un petit peu sous ses coups de doigts. Instinctivement, je veux moi aussi participer et lui donner du plaisir même si je suis encore novice en la matière. Je lui touche la fente, qui est aussi excitée que la mienne. Elle est chaude, serrée et terriblement humide. Mes doigts se retrouvent alors vite plein de mouiller. En nous embrassons langoureusement, nous nous doigtons toutes les deux en roulant des patins à n’en plus finir. Nous avons tous les deux les seins qui pointent et la nénette en feu. Mon clito est dur comme du béton, gorgé de sang et au maximum de sa sensibilité.

En voyant cela, Sonyah décide de m’allonger sur le dos. Marion décide de m’allonger sur le dos. Elle relève ma robe et retire complètement mon string rouge en dentelle. Je suis maintenant à sa merci, les jambes bien écartées, la chatte devant son visage. Pour que je me sente à l’aise, elle place un coussin sous mon petit cul. Ainsi, mon bassin se relève et elle a un meilleur accès à toute ma zone génitale. Elle commence par m’embrasser et me lécher l’intérieur des cuisses, lentement et tour à tour.

Elle n’hésite pas à déposer un petit bisou sur ma fente, puis un autre, en descendant, et encore un autre, puis elle remonte d’un coup sur le milieu de ma chatte, ouvrant la bouche en grand et m’embrasse le minou comme si elle est en train de manger une fraise bien mûre. Je sens très bien qu’elle me baise avec sa langue. Je ne sais pas comment elle fait, mais elle a réussi à faire rentrer sa langue entièrement dans ma motte. Je suis épilée de près et elle peut ainsi profiter de chaque cm² de ma peau. A cet instant précis, je sens qu’un flot supplémentaire de mouille se déverse de mon trou, et des vagues de plaisir me font serrer les cuisses. Je suis en plein extase avec ma meilleure amie. Je prends mon pied et pousse de petits cris. La pièce commence à sentir le cul. Pour atténuer le son de ma jouissance, je prends même un coussin que je place sur mon visage.

Malgré le fait qu’elle a déjà atteint son objectif, Sonyah reste sur mon orifice comme une ventouse et ne relâche pas la pression de ses lèvres et sa langue. Je la sens tournoyer sur mon clito, puis plus doucement. Je profite de chaque seconde de ce cunni lesbien. Elle me baise comme ça pendant un long moment, me provoquant plusieurs orgasmes de suite. Finalement, je sens la fatigue monter par cet afflux de plaisir qui contracte mon corps à chaque coup de langue bien placé.

Elle finit par s’arrêter avec le bas du visage plein de mouille. Après un dernier baiser sur mon clitoris, elle me dit que pour la prochaine fois, ce sera à mon tour de lui bouffé le sexe. J’ai compris que nous n’irons pas plus loin ce soir. Ce serait bientôt à mon tour de lui faire du bien.

Une expérience inoubliable

Sexuellement, j’ai adoré cette première nuit auprès de Sonyah. Au départ, j’étais pudique, ça me gênait. Je ne faisais rien du tout puisque c’est elle qui me donnait du plaisir plutôt que d’en recevoir. Je n’avais qu’à me laisser guidé. Elle m’a bouffé la chatte remarquablement bien, comme jamais je n’ai été léchée.

J’ai découvert une autre facette de mon corps et de plaisir à ses côtés. Cette révélation n’avait rien à avoir avec les rapports sexuels hétéros. Je n’imaginais pas vivre ça un jour. J’étais bouleversée et presque immédiatement très attachée à ma meilleure amie.